Histoire du Cerf-Volant - Kite History
 
De 400 ans avant J.-C. à nos jours - 400 years BC to the present day
 
Légendes et Réalités
Legends and realities
202 av JC – 1750
 
Au service de l'Homme
Kite is at Man's Service
1740 – 1830
 
Pionniers et Ascensions
Pioneers and Ascensions
1808 – 1899
 
Photographie par cerf-volant
Photography by Kite
1880 – à nos jours
 
Cerfs-volants et Météo
Kites and Weather
1749 – 1920
                 
Un nouveau Siècle
A New Century
1900 – 1903
 
Des exploits par cerf-volant
Exploits by kite
1903 – 1906
 
Salons et concours
Conventions and Contests
1909 – 1914
   
Prémices Grande Guerre
Beginnings of the Great War
1911 – 1914
   
La Grande Guerre
The Great War
1914 – 1918
 
L'entre-deux-guerres
Inter-War Period
1918 – 1939
 
La Seconde Guerre Mondiale
The Second World War
1939 – 1945
 
De l'Après guerre
à nos jours

After War to our Days
 
Aerohistory
Home
                 
 
Prémices de la grande Guerre - Beginnings of the Great War
1911 - 1914
 

Malgré les derniers exploits des aéroplanes, les états-majors des forces terrestres et maritimes sont convaincus de l'intérêt des observations à haute altitude par cerfs- volants, pour établir leur stratégie. In spite of the last exploits of the airplanes, the staffs of the terrestrial and maritime forces stay faithful to high altitude observations by kites, to establish their strategy.

 

Système de treuillage et Relevés d'aérologie

Le capitaine Saconney améliore les manœuvres de treuillage. Manuels dans un premier temps, les treuils deviendront mécaniques en 1911 à partir de véhicules motorisés. Convaincus de la qualité des équipements conçus par les Français, la Belgique et les Etats-Unis demandent à la France d'équiper certaines de leurs unités. Le commandant Saconney, part du treuil qu'il a étudié pour ses cerfs-volants d'avant 1914. Il le monte sur un châssis Delahaye en 1915 et améliore la silhouette d'un train de combat dont dix compagnies furent dotées, d'août à décembre 1915. Ces compagnies disposent d'une voiture remorque cerf-volant et de voitures tubes
permettant le gonflement d'un ballon sans décharger les tubes d'hydrogène.

Le treuil automobile Saconney comporte un seul moteur qui sert soit au déplacement de l'appareil soit à la manoeuvre du câble en acier. Il possède deux câbles, un câble pour l’ascension du ballon (5 mm) et un câble de 2.000 mètres pour cerf-volant d'un diamètre de 2 mm.

Chaque compagnie automobile disposait d'un petit poste de mesure de vitesse du vent, de quelques ballons sondes en caoutchouc.

Winching system and Aerology recordings

Captain Saconney improves the winching operations. Manual at first, the winches will become mechanical in 1911, based on motorized vehicles. Convinced of the quality of the equipments designed by the French, Belgium and United States ask France to gear up some of their units.

Saconney uses the winch he studied for his kites before 1914. He puts it on a chassis Delahaye in 1915 and improves the silhouette of a train of combat with ten companies were equipped with it from August to December 1915.

These companies have a car trailer kite and cars tubes for inflating a balloon without discharging the hydrogen tubes. The winch motor Saconney comprises a single motor is used to move the device or the operation of the steel cable. It has two cables, one cable for the ascent of the balloon (5 mm) and a cable 2,000 meters kite with a diameter of 2 mm. Each car company had a small measuring station wind speed and some rubber balloons.
 

Véhicules de treuillage - type 1911

Winching vehicles - 1911 type

L'équipe du capitaine Saconney continue ses relevés en aérologie, avec le lieutenant Grault (photographie aérienne) et le lieutenant Cholley (cerfs-volants montés).
En savoir plus, cliquez sur : les équipements; c'est un reportage complet sur notre site

Captain Saconney 's team continues its aerology recordings with lieutenant Grault (aerial photography) and lieutenant Cholley (mounted kites). more informations about: these equipments, it's a complet report on our website

Voiture d'aérologie et manœuvres

Aerology vehicle and maneuvers

Compagnie d'aérostiers et Récit d'une ascension

En 1912, il n'y a qu'une seule section de cerfs-volants montés, équipée de matériel Saconney. Félix Peaucou, grâce à son expérience et son entraînement y est affecté.

Cette section est basée à la Ménagerie, ancienne dépendance du parc du Château de Versailles. Désaffectée depuis longtemps elle est réservée aux aérostiers et aux cerfs-volants militaires, sous la direction du lieutenant Cholley et du capitaine Saconney.

Félix Peaucou nous rapporte quelques souvenirs de ses principales expériences dont baptême de l'air en 1912 :

"A la suite de diverses et multiples manœuvres que nous avions effectuées, nous étions déjà une équipe bien entraînée. Au cours de cette période, notre lieutenant avait choisi La Villedieu, prés de Trappes, pour nos opérations. C'était le lieu où nous allions le plus souvent quand nous séjournions à la Ménagerie. Après plusieurs déplacements infructueux, un jour favorable, où le vent et le soleil étaient de la partie, nous permit de tenter des démonstrations réelles et utiles.


baraquement des aerostiers - barracks of the aerostiers

"J'emportais avec moi l'appareil photographique (un 13x18 de reportage avec magasin) avec mission d'opérer des prises vues : en premier lieu, la ferme de Villedieu qui se trouvait non loin de nos manœuvres aériennes et qui constituait un ensemble important de bâtiments dont une chapelle ancienne.

Cette première ascension ne présenta rien d'extra-ordinaire ; je montai simplement à 150m environ, séjournai à cette altitude quelques instants que j'employai à tirer plusieurs vues, puis, peu après, j'étais redescendu et plusieurs de mes camarades profitèrent ensuite comme moi d'une agréable promenade aérienne.

J'eus la joie de constater, en conclusion à ces manœuvres réussies, que mes premières photographies aériennes prises en cerf-volant avaient donné un heureux résultat.

Company of balloon and kite pilots - Tale of an ascension

In 1912, there is only one section equipped with Saconney mounted kites. Félix Peaucou, thanks to his experience and training, is affected there.

This section is based at "la Ménagerie", an old building in the park of the Versailles castle. Vacated since a long time, it is reserved to balloon pilots and military kites under the orders of lieutenant Cholley and Captain Saconney.

Félix Peaucou shares souvenirs among his main experiences and the story of his first flight in 1912:

"Following the variety and quantity of maneuvers we had accomplished, we were already a well trained team. At that time, our lieutenant had chosen Villedieu, near Trappes, for our operations. It was the place where we went the most often, when we were at 'La Ménagerie'.

After going several times for nothing, one day, where the wind and sun were present, we tried real and useful demonstrations.

I was carrying the camera (a 13x18 reporter camera with a magazine) with orders to make specific shots : first, the Villedieu farm, situated near our aerial maneuvers and composed of an important number of buildings, including an old chapel.

This first ascension presented no special feature :
I rose only to 150m approximately, stayed at this altitude for a while to make a few shots, then, soon after, I was back on the ground and many fellows enjoyed, as I did sooner, an air ride.

I had the pleasure to find, as a conclusion to these successful maneuvers, that my first aerial photographs by kite yield a fortunate result.

Manœuvres navales

En Méditerranée, en 1913 pendant des manœuvres navales sur le croiseur Edgar Quinet, Félix Peaucou était cordier arrimeur :

"Le 30 mai au large de Porto-Vecchio (en corse) où l'escadre avait relâché, les cerfs-volants se firent particulièrement remarquer. Les évolutions se déroulèrent au cours d'une belle journée ensoleillée, mais par une faible brise (environ 3 à 4 mètres à la seconde). On allait voir l'avantage des cerfs-volants maritimes sur les cerfs-volants terrestres, car il nous suffisait d'acquérir avec le bateau une certaine vitesse pour créer ce vent qui nous manquait, et même en excédent.

"L'Edgar Quinet", que commandait le capitaine de vaisseau Héritier, reçut l'ordre de marcher à pleins feux, ce qui signifiait une allure de vingt et un nœuds (soit environ 38km à l'heure). Une équipe de marins, encadrée par l'équipe terrestre mieux entraînée et rompue à toutes les manœuvres rapides et délicates des cerfs-volants, se mit aussitôt à la besogne.

Le montage et l'envolée des cerfs-volants se faisaient, bien entendu, sur la plage arrière du bateau (Edgar Quinet), juste derrière la timonerie, entre deux tourelles de 194mm jumelées. Le treuil automobile était remplacé par deux treuils électriques séparés mais conçus de la même façon pour recevoir ou dérouler les câbles. Les opérations étaient entièrement conduites par le capitaine Saconney secondé par le lieutenant Cholley et en présence de l'Etat-Major et des officiers du bâtiment.

Ce fut le lieutenant Cholley qui fit la première ascension. Les officiers supérieurs de la Marine manifestèrent le désir de monter à leur tour pour goûter à ces sensations si peu connue d'une envolée par cerfs-volants ! Tous se déclarèrent enchantés à leur descente, ne ménageant pas leurs félicitations au réalisateur de ce mode d'observatoire aérien ".

Naval operations

In the Mediterranean sea, in 1913, during maneuvers on the naval cruiser Edgar Quinet, Félix Peaucou was tie down roper :
"On may 30th, off Porto-Vecchio (Corsa) where the squadron was on release, the kites made quite an attraction. The evolutions occurred during a nice sunny day, but under a
light breeze (about 3 to 4 meters per second). We were about to see the advantage of maritime kites over land kites, as we just needed to build up that missing speed with the boat.

The Edgar Quinet, commanded by Vessel Captain Héritier, got the order to run at full fire, which meant a speed of twenty one knots. A team of sailors, guided by the land kite team, better trained and used to the quick and delicate kite maneuvers, immediately undertook the task

The kite assembly and launch occurred , of course, on the rear deck of the ship. Just behind the steering compartment and between two twin 194mm turrets. The automotive winch was replaced by two separate electric winches, but designed the same way, in order to pull the cables in or unwind them. The operations were under the complete control of captain Saconney, assisted by lieutenant Cholley who made the first ascension.

Superior officers of the Navy expressed the desire to taste the little known feeling of a kite ascension. All declared a total enchantment upon their return, generously congratulating the maker of that aerial observation method.

Record français d'altitude

Félix Peaucou nous rapporte les circonstances dans lesquelles il établit le record français d'altitude en cerf-volant :

"Toul marqua la période la plus active et la plus brillante pour les cerfs-volants militaires Français. C'est en effet sur le territoire de Toul que le record d'altitude français fut atteint par mon ascension à 650m effectuée le 17 avril 1914 à Villey-Saint-Etienne, situé à 25 km de Toul. La journée s'annonce par un grand vent. Le treuil est solidement ancré au sol et le cerf-volant "pilote" envoyé dans l'azur clair, net de tous nuages. Successivement, quatre éléments sont envoyés en postillons et rejoignent le "pilote", un train de cinq appareils se trouve ainsi formé. Des appareils remorqueurs et la nacelle avec ses agrès de suspension sont alors amenés derrière le treuil ; J'ai déjà en mains l'appareil photographique ; les équipes sont à leurs postes aux cordes de manœuvres ; tout est prêt pour la montée.

Le lieutenant Cholley me donne l'ordre de grimper dans la nacelle. Le vent m'emporta rapidement loin du treuil et du sol. J'entendais avec plaisir le bruit régulier des galets de la suspension métallique roulant sur le câble porteur et le sifflement du vent dans les agrès. Je me sentais environné de ce souffle puissant qui m'éloignait de plus en plus du sol. Les choses rapetissaient vertigineusement et maintenant je découvrais entièrement le fond de la vallée, la Moselle avec toutes ses courbes, et à perte de vue les coteaux, les forêts et tout ce qu'elles cachaient : ouvrages militaires, forts, etc…

Il ne m'avait jamais été donné de faire une si brillante ascension, aussi régulière, aussi rapide et à une telle hauteur. Je m'en rendais pleinement compte. J'étais tellement à mon rêve, j'éprouvais une telle sensation de bonheur que je ne pensais même pas à me pencher pour tenter de voir ce que marquait le baromètre enregistreur qui était fixé en dehors de la nacelle. J'étais obligé d'enlacer de mes bras les suspentes de nacelle pour ne pas être vidé, car j'avais l'appareil photo (lequel était assez lourd) ;


Félix Peaucou

suspendu dans le vide à bout de bras, mes mains n'étaient par conséquent pas libres et je devais attendre la seconde précise d'accalmie qui me permit d'appuyer sur le bouton.

Bientôt j'entendis de nouveau le bruit des galets, mais ceux-ci ne tournaient plus dans le même sens et je me rendis compte aussitôt que le lieutenant me faisait ramener à terre. En arrivant au sol, je vis des figures rayonnantes. Mon ami Donzella sauta sur le baromètre et clama : "650mètres ! C'est le record français de hauteur en cerf-volant ! Tu as battu le record mon vieux Peaucou !".

J'avais sauté de la nacelle et j'essayais de me tenir d'aplomb sur le sol ; il me semblait que je marchais sur du coton et que j'étais ivre. J'étais, paraît-il, très pâle. L'ascension avait duré environ quarante-cinq minutes, temps pendant lequel je n'avais cessé d'être balancé ou secoué en tous sens et ce roulis-tangage m'avait un peu porté au cœur.

Je ne désirais qu'une chose : remettre cela. [...] Qu'on se figure, en effet, cet étroit panier, arrivant à peine à la ceinture et pendu à un fil d'acier à peine gros comme un crayon de calepin. Qu'on se l'imagine à une hauteur dépassant plus de deux fois la tour Eiffel… On ne s'en rendait guère compte dans la nacelle, mais c'était d'en bas que l'effet était le plus impressionnant, lorsque celle-ci n'apparaissait plus que comme un point minuscule perdu dans le ciel avec les points blancs des cerfs-volants un peu plus à l'écart et encore plus élevés.

French record of altitude

Félix Peaucou tells about the circumstances in which he set the French record of altitude :

"Toul marked the most active and brilliant era for the French military kites. It is thus in the region of Toul, that the French record of altitude has been reached during my ascension to 650m on April 17th, 1914 at Villey-Saint-Etienne, located 25 km from Toul. The new day is announced by the rise of a strong wind. The winch is firmy anchored to the ground. and the pilot kite is sent into the clear sky. Successively, four elements are shuttled and reach the pilot kite, forming a five kite train. Shuttle kites and the nacelle, with its rig, are brought behind the winch; I already have the camera in my hands; the teams occupy their station beside the control ropes; everything is ready for the ascension.

Lieutenant Cholley ordered me to climb in the nacelle. The wind took me quickly away from the winch and the ground. I heard with pleasure the regular noise of the metal suspension's bearings rolling on the carrier cable, as well as the wind whistling around the rigs. I felt surrounded by that powerful flow that was taking me increasingly far away from the ground. Things became smaller at a vertiginous rate and I could now discover the bottom of the entire valley, the Moselle, with all its curves and, as far as one can see, the hills, the forests and everything they were hiding : military installations, forts, etc…

I never got the chance to make such a brilliant ascension; so regular, so fast and so high. I was fully aware of that. I was so involved in my own dream, feeling such happiness inside, that I didn't even think of looking at the recording barometer that was fixed outside the nacelle. I had to keep my arms wrapped around the suspension lines of the nacelle in order to secure myself inside, since I was holding the camera, that was fairly heavy, outside the nacelle with my arms straight forward. My hands were therefore busy and I had to wait like this for the second of calm that allowed me to press the button.

Soon, I heard the sound of the bearings again, but they were rolling in the opposite direction and I realized that the lieutenant asked that I be brought back to the ground. On the ground, I saw smiling faces. My friend Donzella rushed towards the barometer and yelled ; " 650 meters ! It is the French kite ascension altitude record ! You beat the record my dear friend Peaucou !"

I had just jumped out of the nacelle and was trying to stand straight on the ground ; I felt like I was walking on cotton and was drunk. I was, some said, very pale. The ascension had last forty-five minutes; time during which I have been continuously balanced and jerked in all directions. This pitching and rolling motion got to my stomach a little bit.

I wished only one thing though : make it again. (…) Just imagine, this tiny basket, barely reaching belt height, hanging under a steel thread just the size of a notebook pencil. Just imagine it at a height exceeding twice the height of Eiffel tower… We didn't quite realize it from the nacelle, but it is from down there that the effect was the most impressive, when it was nothing but a tiny dot lost in the sky, with the white dots of the kites a little to the side and even higher.

   
 
Légendes et Réalités
Legends and realities
202 av JC – 1750
 
Au service de l'Homme
Kite is at Man's Service
1740 – 1830
 
Pionniers et Ascensions
Pioneers and Ascensions
1808 – 1899
 
Photographie par cerf-volant
Photography by Kite
1880 – à nos jours
 
Cerfs-volants et Météo
Kites and Weather
1749 – 1920
                 
Un nouveau Siècle
A New Century
1900 – 1903
 
Des exploits par cerf-volant
Exploits by kite
1903 – 1906
 
Salons et concours
Conventions and Contests
1909 – 1914
   
Prémices Grande Guerre
Beginnings of the Great War
1911 – 1914
   
La Grande Guerre
The Great War
1914 – 1918
 
L'entre-deux-guerres
Inter-War Period
1918 – 1939
 
La Seconde Guerre Mondiale
The Second World War
1939 – 1945
 
De l'Après guerre
à nos jours

After War to our Days
 
Aerohistory
Home