Histoire du Cerf-Volant - Kite History
 
De 400 ans avant J.-C. à nos jours - 400 years BC to the present day
 
Légendes et Réalités
Legends and realities
202 av JC – 1750
 
Au service de l'Homme
Kite is at Man's Service
1740 – 1830
 
Pionniers et Ascensions
Pioneers and Ascensions
1808 – 1899
 
Photographie par cerf-volant
Photography by Kite
1880 – à nos jours
 
Cerfs-volants et Météo
Kites and Weather
1749 – 1920
                 
Un nouveau Siècle
A New Century
1900 – 1903
 
Des exploits par cerf-volant
Exploits by kite
1903 – 1906
 
Salons et concours
Conventions and Contests
1909 – 1914
   
Prémices Grande Guerre
Beginnings of the Great War
1911 – 1914
   
La Grande Guerre
The Great War
1914 – 1918
 
L'entre-deux-guerres
Inter-War Period
1918 – 1939
 
La Seconde Guerre Mondiale
The Second World War
1939 – 1945
 
De l'Après guerre
à nos jours

After War to our Days
 
Aerohistory
Home
                 
 
Photographie par cerf-volant - Photography by Kite
1880 à nos jours - 1880 to our days
 

La photographie aérienne par cerf-volant constitue un véritable auxiliaire pour la topographie. Elle est aussi appelée à rendre d'immenses services aux armées en campagne. Kite aerial photography is a true help for topography. It will render immense services to armies during campaigns.

 

France - Batut

Juillet 1880, M. Jobert soutient devant la Société Française de Navigation Aérienne l'idée d'employer les cerfs-volants pour la photographie aérienne et indique un procédé d'opération consistant à faire monter l'appareil photographique le long de la corde de retenue, en postillon jusqu'à un arrêt disposé près du cerf-volant. Il préconise l'électricité comme moyen d'obtenir le déclenchement. Mais il ne fait aucune expérience.

La première application est dû à un français, Arthur Batut. Ses premiers travaux datent du printemps 1888. Il écrit dans la revue La Nature, en août 88 : "je poursuis depuis six mois environ la solution du problème de photographie aérienne par cerfs-volants. Les résultats que j'ai obtenus, bien que très imparfaits encore, me permettent d'espérer une réussite complète." A cet article sont jointes deux épreuves 8 X 10 obtenues à des hauteurs de 80 et 100 m environ. Quoique flous, ces premiers essais sont des plus intéressants et M. Gaston Tissandier, directeur de La Nature, écrit à A. Batut pour l'encourager à persévérer dans cette voie.

Le cerf-volant de Batut est un losange plat de 2,50 m par 1,75 m (photo de droite). L'armature est en bois. Une corde relie les sommets des montants de la charpente et la carcasse est recouverte de papier renforcé aux angles par une toile résistante. Il est muni d'une queue. A. Batut rendra son cerf-volant démontable et facilement transportable. Le papier sera remplacé par de la pongée (taffetas léger). L'obturateur de l'appareil photographique est déclenché par une mèche d'artificier allumée au départ et d'une longueur calculée d'avance. Le déclenchement de l'obturateur provoque le déroulement d'une longue banderole en papier qui avertit l'opérateur de la fin de la prise de vue. Il ne reste plus alors qu'à redescendre le cerf-volant pour retirer l'appareil photographique.

Le premier obturateur employé est un obturateur à guillotine, il sera bientôt remplacé par un obturateur rotatif actionné par un caoutchouc. Pour être légères, les chambres noires utilisées sont faites en bois blanc et carton, noircies à l'intérieur.

En 1889, Arthur Batut publie dans La Nature une magnifique épreuve obtenue à 127 m de hauteur et représentant la ferme d'Enlaure (Labruguière - Tarn). La photographie aérienne par cerf-volant est née. M. Batut consigne ses travaux dans une brochure qu'il fait paraître sous le titre de : Photographie aérienne par cerfs-volants.

width=

En 1907, il publie d'excellentes notes dans l'Aéronaute . Les avantages du cerf-volant sur le ballon captif, pour la photographie aérienne, sont incontestables. il est presque impossible d'éviter la rotation du ballon sur lui-même, alors que le cerf-volant à une direction invariable.

La construction d'un ballon est délicate et coûteuse, elle exige des matériaux spéciaux. Celle d'un cerf-volant est simple, économique et peut être exécutée par tout le monde, avec des matériaux que l'on trouve partout : quelques morceaux de bois, du papier ou de la toile et de la ficelle. Il ne faut rien de plus pour construire un cerf-volant.

Chaque fois que les circonstances photographiques sont favorables, on peut obtenir des photos aériennes par cerf-volant. Il suffit de regarder les magnifiques résultats obtenus pour être convaincu de l'utilité topographique de ces expériences. Des vues obtenues à vol d'oiseau donnent une impression de relief extraordinaire et peuvent constituer des documents d'une valeur inestimable pour la réalisation des cartes topographiques.

Le 1er avril 1907, A. Batut réalise la première photographie aérienne stéréoscopique. Il obtient une double épreuve dont la netteté, par suite de l'insuffisance des objectifs employés, laisse un peu à désirer, mais dont le relief stéréoscopique est parfaitement sensible. Vue générale de Labruguière - Vent S. S-E - Objectif orienté au N-E - Hauteur 230 m cliché A. Batut

France - Batut

July 1880, in front of the French Company of Aerial navigation, Mr. Jobert promotes the idea of using kites for air photography. He proposes to raise the camera along the line, in a shuttle, up to a stopper fixed close to the kite. He recommends using electricity to activate the shutter, but he does not make any experiment.

The first application is attributed a French man, Arthur Batut. His first works date from spring 1888. In August 88, he writes in La Nature magazine : "I worked for six months on the problems involved with air photography by kites. The results that I obtained, although far from perfect yet, allow to hope for complete success." To this article are attached two 8 X 10 test photos, taken from heights of around 80 and 100 meters. Although blurred, these first tests are really interesting and Mr. Gaston Tissandier, director of La Nature, writes to A. Batut to encourage him to pursue in this way.

The kite of Batut is a flat diamond-shaped of 2,50 m by 1,75 m with wood spars. A string connects the tip of the spars, along the perimeter, and this skeleton is covered with paper; reinforced with tough fabric at the tips. A tail completes this setup. A. Batut made his kite collapsible and easily transportable. Later, the paper will be replaced by "pongee" (light taffeta). The shutter of the camera is triggered by a burning wick of calculated length, lit at the beginning of the ascension. The shutter activation frees a long paper strip that unfolds to inform the photograph that the exposure is finished. All that is left to do is to take the kite down and recover the camera.

The first shutter used is a drop type shutter; it will soon be replaced by a rotating shutter, actuated by a rubber band. To lessen their weight, the chamber of the cameras are made of whitewood and cardboard, blackened inside.

In 1889, Arthur Batut publishes in La Nature a splendid picture of the farm of Enlaure (Labruguière - Tarn), taken from a height of 127 meters (photo above). Aerial photography by kite is born. Mr. Batut consigns his work in the "Photographie aérienne par cerfs-volants" booklet, and publishes it.

In 1907, he publishes excellent reports in the Aeronaut. The advantages of the kite on the captive balloon, for air photography, are undeniable. It is almost impossible to avoid the rotation of the balloon on itself, whereas the kite points in a constant direction. The construction of a balloon is delicate, expensive and requires special materials; That of a kite is simple, economic and can be carried out by everyone, with materials easy to find everywhere : a few pieces of wood, paper or fabric and string. Nothing else is required to build a kite.

Every time the photographic conditions are favorable, aerial photographs can be obtained by kite. Looking at the splendid results obtained is enough to be convinced of the topographic utility of these experiments.

Pictures obtained from an average height give an extraordinary impression of relief and constitute priceless documents for realizing topographic maps.

On April 1st, 1907, A. Batut makes the first stereoscopic air photography. He obtains twin pictures whose clarity is yet to be improved, because of the limitations of the lens he used, but whose stereoscopic effect is perfectly noticeable General view of Labruguière - Wind S. S-E - Objectif orienté au N-E - Height 230 m cliché A. Batut

   

France - Wenz

Un autre expérimentateur d'un talent incontestable, M. Emile Wenz, de Reims, après avoir pris connaissance des travaux de M. Batut, exécute une série d'épreuves des plus réussies.

1889, Emile Wenz photographie les plages de Berck, sur plaque de verres de 11x15.5 (photo de droite). De nombreuses cartes postales seront réalisées à partir de ses clichés Il entre en contact avec Arthur Batut, et ensemble ils améliorent leurs systèmes :

"Pour ce qui concerne la photographie au moyen de cerfs-volants, les Américains, que l'on est toujours tenté de mettre en avant, ne se sont pas seuls occupés de la question. M. Batut et moi l'avons fait avant eux, et nous pouvons sans crainte dire mieux qu'eux, et obtenu des épreuves de formats plus grands. Dès 1891, j'ai obtenu une photographie sur glace 18 x 24 à Berck-sur-Mer, d'une altitude de 250 mètres avec un objectif grand angulaire de 0.174 de foyer". Wenz

Le cerf-volant employé par E.Wenz est un peu différent de celui de M. Batut. L'armature est constituée de cannes en bambou, sur laquelle on tend l'étoffe, constituée par de la pongée de Chine, du taffetas ou mieux de la baudruche en trois épaisseurs collées l'une sur l'autre. les angles sont renforcés par de petits triangles de cuir. Il obtient le déclenchement de l'objectif au moyen d'une mèche. La ficelle de retenue est enroulée sur un dévidoir en bois.

M. Wenz, pour faciliter les opérations multiples a construit une grande caisse en bois pouvant servir à la fois de magasin pour tout le matériel (glaces, chambres, tente, dévidoir, toiles du cerf-volant,..) de treuil pour enrouler et dérouler la corde, et enfin de chambre noire pour changer de plaques et au besoin pour développer.

"Les épreuves ainsi obtenues sont d'une netteté admirable. La vue panoramique des Sables d'Olonne, obtenue le 20 août 1906 par E. Wenz est peut-être la plus belle photographie aérienne réalisée. Les détails les plus fins sont reproduits avec une netteté qu'il est impossible de dépasser." J. Lecornu - 1910 - (photo ci-dessous)

 
France - Wenz

Another experimenter of undeniable talent is Mr. Emile Wenz, of Reims (France). Learning about the experiments of Mr. Batut, he creates a series shots ranking among the best.

1889, Emile Wenz photographs the beaches of Berck, on 11x15.5 glass plates (photo above). Many postcards will be printed from his picture. He contacts Arthur Batut, and together they improve their systems :

"the Americans, that we always put up front, are not the only ones to study photography by kites. A. Batut and I did it before them, and we can confidently say : better than them. We achieved larger prints. As early as 1891, I obtained a photograph of Berck-sur-Mer on an 18 X 24 glass, from an altitude of 250 meters with a 0.174 focal wide angle lens". E Wenz

The kite used by E. Wenz is slightly different from that of Mr. Batut. The spars consist of bamboo, on which the Chinese pongee, taffeta or even better : three layer goldbeater's skin is stretched. The angles are reinforced with small leather triangles.

He uses a burning wick to trigger the shutter. The string is rolled up on a wooden reel.

To ease the numerous operations, Wenz built a large wooden case serving as storage for all the material (glasses, chambers, tent, reels, kite skins...), serving also as a winch to wind or unwind the string, and finally, as darkroom to change plates and if needed to process pictures.

"The prints thus obtained are of an admirable clearness. The panoramic photo of Sables d' Olonne, obtained on August 20, 1906 by E Wenz is perhaps the most beautiful air photography ever achieved. The finest details are reproduced with a such clearness that it is impossible to improve." J Lecornu - 1910 - (above, on left)

 

Etats-Unis - Eddy

William Eddy, de Bayonne (New Jersey) construit des cerfs-volants pour tous les vents possibles. La capacité de levée de ses modèles de cerf-volant l'inspire à prendre des photos aériennes avec un appareil suspendu sous son cerf-volant.

Le 30 mai 1895, Eddy réalise la première photographie aérienne aux Etats-Unis Ces premières photos sont réalisées avec une chambre 9x9cm, utilisant un train de cerfs-volants "diamant", de type malais. Pendant le mois d'août 1896, il obtient 7 bons clichés avec un des premiers modèles d'une caméra Kodak, utilisée à une hauteur variant de 300 à 450 m.

W. Eddy expérimente différentes techniques de déclenchement et contribue aux connaissances de cette nouvelle technique de photographie aérienne.

Le 9 mai 1897, W. Eddy utilise un train de trois cerfs-volants, et prend 24 épreuves réussies à des hauteurs variant entre 390m et 420m. La hauteur du cerf-volant qui porte la chambre est de 2,10 m, le second cerf-volant de 1,80m et le troisième de 1,50m. La corde de retenue est en lin et il faut trois hommes pour la retenir.

L'obturateur est manoeuvré par un petit poids de plomb relié à une cordelette spéciale descendant jusqu'au sol. La chambre noire est fixée sur un bâti en bois assurant à l'appareil photographique une parfaite horizontalité.

Eddy publie ses expériences et le potentiel d'utilisation pour la photographie aérienne dans le journal The Century Magazine (mai à octobre 1897).

Durant cette période, il y aura progressivement abandon du cerf-volant plat au profit du modèle cellulaire, inventé par L. Hargrave. Les dispositifs de déclenchement à combustion seront remplacés par des systèmes mécaniques puis électriques.

width=
 width=  
United States - Eddy

William Eddy, of Bayonne (New Jersey) built kites for all types of wind. The lifting capacity of his models brings him to take air photographs with a camera suspended under one of his kites

On May 30, 1895, Eddy carries out the first air photography in the United States. His first photographs are carried out with a 9x9cm chamber, using a train of Malayan diamond kites. During August 1896, he achieves 7 good photos, with an early model of Kodak camera, used at heights between 300 and 450 meters.

W. Eddy tries various triggering techniques and contributes to the improvement of this new technique of air photography.

On May 9, 1897, W Eddy uses a train of three kites and takes 24 successful stills from heights varying between 390 and 420 meters. The kite carrying the chamber is 2,10 meters tall ; the second kite is 1,80m and the third is 1,50m tall. The cord is flax and three men are needed to hold it.

The shutter is operated by a small lead weight connected to a string running down to the ground. The chamber is fixed on a wooden frame, ensuring that the camera is perfectly horizontal.

Eddy publishes his experiments and articles on the potential applications for air photography in The Century Magazine (May to October 1897).

During this period, there is a gradual abandon of the flat kite to the profit of cellular models, invented by L Hargrave. The burning wick shutter triggers will be replaced by mechanical systems first; then by electric ones.

Russie -Thiélé

En 1897, un ingénieur russe, R. Thiélé, invente une méthode et un matériel spécial pour les relevés topographiques par photographie aérienne. Il fait d'intéressants travaux topographiques dans le Turkestan et dans la vallée du Pripiat, sous la direction de M. Chaloutine, ingénieur en chef.

L'appareil, appelé panoramographe se compose de six chambres noires disposées suivant les six côtés d'un hexagone régulier et incliné d'un certain angle sur l'horizon. Une septième chambre occupe le centre de l'hexagone et l'axe de son objectif est vertical.

Toutes les chambres sont munies d'objectifs anastigmatiques Zeiss, grands angulaires. Chacune des six plaques embrassant un angle de 88° de l'horizon au lieu des 60° seulement nécessaire pour avoir un panorama complet, il reste sur les côtés des recouvrements permettant d'assurer un contrôle parfait, qui est complété par l'image obtenue par la plaque centrale.

Le déclenchement des sept obturateurs est obtenu par une commande électrique qui ne fonctionne que lorsque l'ensemble du panoramographe est horizontal. En même temps, une sonnerie électrique, intercalée dans le circuit et placée sur le treuil de commande, avertit l'opérateur que les photographies sont prises.

Le treuil est disposé sur un chevalet en bois ingénieusement combiné pour se transformer en chariot s'il est nécessaire de déplacer l'appareil. En 1899, M. Thiélé est chargé de travaux topo-photographiques pour l'étude du tracé de la ligne du chemin de fer transbaïkalien.

En 1902, il fait de nouveaux travaux sur le Pripiat, et se sert de cerfs-volants multicellulaires de Lecornu.

Les résultats obtenus dépassèrent ses espérances. Une altitude de 300m suffit pour obtenir un plan détaillé de plus de 100 Km2 avec une netteté de détails parfaite. A la suite de cette campagne, le gouvernement russe charge M. Thiélé d'opérer une série de relevés topographiques des côtes du Caucase.

Russia -Thiélé

In 1897, a Russian engineer, R. Thiélé, develops both the method and material to make land surveys by air photography. He makes interesting topographic surveys in Turkestan and the Pripiat valley, under the direction of Mr. Chaloutine, head engineer.

The apparatus, called panoramographe, is composed of six photographic chambers, laid out on the sides of a regular hexagon, and tilted to a precise angle from the horizon. A seventh darkroom occupies the centre of the hexagon and has a vertical axis.

All the cameras are provided with anastigmatic Zeiss wide angle lens. Each of the six plates covers an angle of 88° of the horizon instead of the 60° required to have a complete panorama. This provides an overlapping area on the sides to ensure a perfect fit of the images. This is completed with the image obtained from the central camera.

The simultaneous release of the seven shutter is driven by an electric device which works only when the whole panoramograph is horizontal. An electric bell, inserted in the electrical circuit, is placed on the commanding winch to inform the operator that the photographs are taken.

The winch is set on an ingeniously designed wooden base that could transform into carriage if the apparatus needed to be moved. In 1899, Mr. Thiélé is in charge of topo-photographic project to layout the path of the Transbaïkalian railroad.

In 1902, he does more work on the Pripiat, using the multicellular kites of Lecornu. The obtained results exceeded his hopes. An altitude of 300m was enough to obtain a detailed plan of more than 100 square km, with perfect detail clearness. Following this campaign, the Russian government charges Mr. Thiélé to make a series of land surveys of Caucasian coasts.

   

Belgique - Desclée

1905, George Lawrence, aux USA, expérimente la photo aérienne à partir d'un navire. La même année, en Belgique, Armand Goderus publie un article sur ses expériences de photographie aérienne sur la côte Belge : Le cerf-volant photographe.

Toujours en Belgique, à Tournai, René Desclée réalise plus de 120 aérophotographies d'une qualité remarquable, entre 1910 et 1939.

L'aéromodélisme supplante complètement le cerf-volant durant la période de l'entre-deux-guerres. René Desclée, très peu attiré par tout ce qui est propulsé par un moteur à explosion, se garde bien de suivre cette voie. Il réalise un nouveau dispositif pour améliorer encore, si possible, le détail de ses clichés.

Pour obtenir un plus grand négatif, sans pour autant augmenter le poids de son dispositif, il opte pour une solution privilégiant la légèreté où ce qu'il sacrifie à la luminosité est partiellement compensé par une qualité optique supérieure. Son choix se porte donc sur l'objectif Protar, de Zeiss, de 128 mm de focale et ouvrant à 1:9, lequel était petit, léger.
La chambre noire, très simple, est construite en contreplaqué. L'angle d'inclinaison, que la rotation permet de donner à l'appareil, s'indique sur un secteur gradué. Une minuscule boussole complète cet astucieux dispositif. La chambre, munie de ses accessoires, mais sans plaque, pèse 500 grammes... un record de légèreté pour l'époque !

René Desclée décide de modifier un de ses anciens cerfs-volants. Il s'agit d'une sorte de grand Hargrave qu'une photo, datée de 1910 nous montre dans sa version originale. Il est présenté à Wippelgem par les enfants du photographe (photo de droite). L'appareil est composé de deux cellules carrées constituées de quatre cellules plus petites. Tout comme le multicellulaire, ce cerf-volant est bridé en double dièdre, c'est-à-dire de manière à voler non à plat mais sur les angles.

Pour en savoir plus la vie de René Desclée sur notre site cliquer ici

Belgium- Desclée

1905, in the USA, George Lawrence experiments air photography from a ship. The same year, in Belgium, Armand Goderus publishes an article on his air photography experiments on the Belgian coast : "Le cerf-volant photographe" (the photographer kite).

Still in Belgium, in Tournai, Rene Desclée realizes more than 120 aerial photographs of a remarkable quality, from 1910 to 1939.

The model aircraft completely supplanted the kite during the inter-war period. René Desclée, very little attracted by everything that is propelled by an engine, is careful not to follow this path. He realizes a new device to further improve, if possible, the detail of his shots.

To obtain a greater negative, without increasing the weight of his device, he opts for a solution that favors lightness where what he sacrifices to brightness is partially compensated by superior optical quality. His choice is therefore focused on Zeiss Protar lens, 128 mm. focal length and opening at 1: 9, which was small, light.

The darkroom, very simple, is built of plywood. The angle of inclination that the rotation makes it possible to give to the apparatus is indicated on a graduated sector. A tiny compass completes this clever device. The room, equipped with its accessories, but without plate, weighs 500 grams ... a record of lightness for the time!

René Desclée decides to modify one of his old kites. It is a kind of big Hargrave that a photo, dated 1910 shows us in its original version. It presented to Wippelgem by the children of the photographer. The device consists of two square cells made up of four smaller cells. Like the multicellular, this kite is bridle in double dihedron, that is to say so as to fly not flat but on the corners.

 
Click here to know more about René Desclée (in french)
   

France - Gomes

En 1910, en France, à Paris, la firme Gomes, spécialisée dans l'automobile, développe une activité cerf-volant et commercialise pour la première fois un système de photographie aérienne par cerf-volant : le "Trolley photographique"

Extrait du catalogue de Gomes :
"La photographie aérienne est à l'ordre du jour. Seul, le cerf-volant peut permettre à beaucoup de personnes de prendre ces vues. Il ne nécessite guère d'entretien, et se montre autrement plus docile et moins dangereux que le Ballon qui flotte au gré du vent, ou que l'aéroplane tributaire également de l'atmosphère. Il y a déjà un certain temps que des personnalités comme MM. Batut, Wenz etc., se sont occupées de la question et ont obtenu des clichés de toute beauté.

Autrefois, lorsqu'il s'agissait d'élever les objets avec des cerfs-volants, on se bornait à attacher sur le câble qui tient l'appareil, et à une certaine hauteur, l'objet qu'on désirait enlever.

A l'heure actuelle, la technique du cerf-volant n'en est plus à des procédés aussi rudimentaires. Lorsqu'on veut faire ascensionner un objet, on se sert de plusieurs cerfs-volants, divisés en deux groupes.

On forme exactement un rail aérien, avec un ou plusieurs cerfs-volants, et sur ce rail aérien, on fait rouler un véritable trolley aérien remorqué par l'autre groupe de Cerfs-Volants.

Le trolley aérien, ce n'est autre chose que ce qu'on appelle le postillon. C'est, en principe, une armature de forme variable, portant des galets qui roulent sur le rail aérien, et remorquée par des cerfs-volants de formes diverses."

 

France - Gomes

In 1910, in Paris, the Gomes company, specialized in the automotive industry, develops a kite activity and launches the first commercial system of air photography by kite on the market : the "Photographic Trolley".

Extract of Gomes catalogue
Aerial photography is the order of the day. Only, the kite can allow many people to take these views. It requires little maintenance, and is otherwise more docile and less dangerous than the balloon that floats in the wind, or that the airplane also tributary of the atmosphere. It has been some time since personalities like MM. Batut, Wenz, etc., took care of the issue and got really good shots.

Formerly, when it was a question of raising the objects with kites, one limited oneself to attach on the cable which holds the apparatus, and at a certain height, the object which one wished to remove.

At present, the kite technique is no longer such rudimentary processes. When you want to make an object ascend, we use several kites, divided into two groups. One aerial rail is exactly formed, with one or more kites, and on this aerial rail, a real towed air trolley is rolled by the other group of Kites.

the airlift is nothing else than the so-called postilion (Shuttle). It is, in principle, a frame of variable shape, carrying pebbles that roll on the rail overhead, and towed by kites of various shapes.

   

De nos jours...

1965 - Le comte Geoffroy de Beaufort, en Belgique, se consacre à l'aérophotographie.

1979, George Rivals, co-fondateur du CVCF (Cerf-Volant Club de France) redonne un élan à l'aérophotographie.

1982, Jacques Durieu, fonde le NCB (Nouveau Cervoliste Belge) et fait, lui aussi, la promotion de l'aérophotographie

1985 - Michel Dusariez et G. de Beaufort unissent leurs efforts pour la création du KAPWA (Kite Aerial Photography Worldwide Association).

1988 - Serge Negre se passionne pour l'aérophotographie. Pour rendre hommage à A. Batut, il ouvre un musée à Labruguière (Tarn).

1989 - Premier symposium au Japon sur l'aérophotographie par cerf-volant.

1994 - Les aérophotographes de l'AKA (American Kite Association) se regroupent et créent la revue "Aerial Eye".

Aujourd'hui, le matériel évolue (appareil photo numérique, retour vidéo au sol, orientation et déclenchement de l'appareil photo par télécommande radio,..) et les techniques cervolistiques s'affinent.

Conférence Internationale sur : notre reportage à KAPINED en français

Nowadays...
KAP - Nouakchott - Patrick Mouchague

1965, Count G. de Beaufort, in Belgium, devotes himself to aerial photography.

1979 - George Rivals, co-founder of the CVCF (Cerf-Volant Club de France) gives a boost to the aerophotography.

1982 - Jacques Durieu, founds the NCB (New Belgian Cervolist) and also promotes the aerophotography

1985 - Michel Dusariez and G. of Beaufort join their efforts to create the KAPWA (Kite Aerial Photography Worldwide Association).

1988 - Serge Negre impassions himself for aerial photography. To pay tribute to A. Batut, he opens a museum at Labruguière (Tarn).

1989 - In Japan, first symposium on aerial photography by kite.

1994 - The aero photographers of the AKA (American Kite Association) gather and create the "Aerial Eye" magazine.

Today, the material evolves (digital camera, video monitoring from the ground, Radio controlled aiming and shooting...) and the kites techniques are refined.

To know more, you can see the International conference on our report to KAPINED in English

 
 
Légendes et Réalités
Legends and realities
202 av JC – 1750
 
Au service de l'Homme
Kite is at Man's Service
1740 – 1830
 
Pionniers et Ascensions
Pioneers and Ascensions
1808 – 1899
 
Photographie par cerf-volant
Photography by Kite
1880 – à nos jours
 
Cerfs-volants et Météo
Kites and Weather
1749 – 1920
                 
Un nouveau Siècle
A New Century
1900 – 1903
 
Des exploits par cerf-volant
Exploits by kite
1903 – 1906
 
Salons et concours
Conventions and Contests
1909 – 1914
   
Prémices Grande Guerre
Beginnings of the Great War
1911 – 1914
   
La Grande Guerre
The Great War
1914 – 1918
 
L'entre-deux-guerres
Inter-War Period
1918 – 1939
 
La Seconde Guerre Mondiale
The Second World War
1939 – 1945
 
De l'Après guerre
à nos jours

After War to our Days
 
Aerohistory
Home